Glossaire COVID-19

Agnotologie : de l’anglais agnotology, composé du préfixe privatif a-, du grec gnôsis, savoir, connaissance, et du suffixe –logie, du grec logos, étude, science, discours, parole. L’agnotologie ou science de l’ignorance est un néologisme crée en 1992 par Robert Proctor, professeur d’Histoire des Sciences (Université de Stanford), pour désigner l’étude des diverses formes de l’ignorance et en particulier de la manière dont la société l’entretien, la produit ou la propage. L’agnotologie analyse les mécanismes cognitifs  qui conduisent à la formation du doute dans la population, notamment les méthodes utilisées par les lobbies lorsque leurs intérêts sont menacés par des révélations scientifiques[1].

Animosité : sentiment de malveillance, désir de nuire à quelqu’un, attitude systématique d’antipathie envers autrui[2].

Chosification : Fait de rendre une personne semblable aux choses, de réduire l’homme à l’état d’objet[3]. Synonyme de subbstantification et réfication, c’est une opération mentale transformant des concepts abstraits en réalités concrètes, en objets[4].

Christianophobie : Critique, opposition, méfiance, hostilité, discrimination, répression et persécution portées à l’endroit du christianisme

Covid-19 : fait reference à « coronavirus disease 2019 », la maladie provoquée par un virus de la famille des coronaviridae, le SARS-coV-2. Cette maladie infectueuse est une zoonose, dont l’origine est encore débattue, qui a émergé en décembre 2019 dans la ville de Wuhan , dans la province de Hubei en Chine. Elle s’est rapidement propagée, d’abord dans toute la chine, puis à l’étranger provoquant une épidémie mondiale. Le covid-19 est une maladie respiratoire pouvant être mortelle chez les personnes fragilisés par l’âge ou une maladie chronique[5]. Il se transmet principalement par des goutelettes produites lorsqu’une personne infcetée tousse, éternue, ou lors d’une respiration[6].

Crédibilité : est le caractère de ce qui est crédible, c’est-à-dire ce que l’on peut croire, de ce qui est susceptible d’être cru, de quelque chose ou de quelqu’un auquel l’on peut faire crédit, qui est fiable, digne de confiance. La crédibilité d’un média se construit à partir des politiques et des procédures mises en œuvre pour permettre aux consommateurs de se former une opinion sur la qualité, l’impartialité et l’exactitute de l’information proposée et de l’utiliser en toute connaissance de cause[7].

Désinfodémie : est formée du préfixe  dès et du suffixe infodémie.
L’étymologie formée du mot « infodémie » est la même que celle de l’épidémie ou de la pandémie qui vient du grec et signifie épi, (pour épidémie) « sur » et démos, « peuple »; littéralement « qui circule dans le peuple ».
La pandémie de COVID-19 a conduit à une pandémie parallèle de désinformation qui a des répercussions directes sur les vies et les moyens de subsistance de milliers de personnes à travers le monde. Les  mensonges et la désinformation sont avérés mortels et leur capacité à semer la confusion sur les choix personnels et politiques qui contribuent à sauver des vie évidente[8].

Désinformation : est l’action de désinformer (communiquer sciemment de l’information fausse destinée à tromper). C’est donc un processus de communication qui consiste à utiliser les médias pour transmettre des informations partiellement erronées dans le but de tromper ou d’influencer l’opinion publique et de l’amener à agir dans une certaine direction. Synonymes : information trompeuse, erronée ou fausse, infox, intox, manipulation, propagande, fabrication de consentement[9].

Discours Haineux : expression utilisée pour décrire un discours général, extrêmement négatif et constituant un risque pour la paix sociale. Selon le comité des Ministres du Conseil de l’Europe, le discours de haine couvre toute forme d’expression qui répand ou justifie la haine raciale, la xénophobie, l’antisémitisme ou toute forme de haine basée sur l’intolérance, y incite ou en fait l’apologie[10].  C’est aussi un langage abusif ciblant des caractéristiques de groupes spécifiques telles que l’origine ethnique, la religion, le genre, l’orientation sexuelle (Warner, Hirschberg, 2012).

Haine : sentiment violent qui pousse à vouloir du mal à quelqu’un, à se rejouir du mal qui lui arrive[11].

Hoax : mot anglais signifiant canular, farce, fausse alerte, dérivé de l’incantation magique hocus-pocus, abracadabra, utilisée dans des tours de prestidigitation. Bien qu’en anglais le pluriel soit hoaxes, en français le pluriel généralement admis est hoax car le mot est entré dans le langage courant et le « x » est une marque de pluriel. Le terme hoax est un anglicisme qui désigne une rumeur fausse ou infondée qui se développe sous forme de chaine, propagée principalement par internet, via la messagerie électronique, des blogs et les réseaux sociaux. Un hoax est souvent initialisé de manière intentionnelle, voire malveillante. Il est relayé par des personnes de plus souvent de bonne foi qui ne prennent pas la peine de vérifié sa véracité. Un hoax prend la forme de message reçu, d’apparence sérieuse, ayant un caractère émouvant, révoltant ou inquiétant et qui invite l’internaute ou l’interlocuteur à le faire suivre ou à le partager avec ses connaissances. si l’internaute  ou l’interlocuteur  considère l’expéditeur  comme quelqu’un de confiance ou s’il ne prend pas le temps de vérifier l’information, il contribue ainsi à sa propagation qui peut être alors très rapide et qualifiée de virale[12].

Infodémie : l’étymologie de ce mot est la même de l’épidémie ou de la pandémie qui vient du grec et signifie pan, tous, démos, peuple. Le concept d’infodémie a été pour la première fois en 2003 par un journaliste américain du Washington Post pour dénoncer les informations mensongères liées à l’épidémie du Sras (Syndrome respiratoire aigu sévère). L’infodémie est la surabondance d’informations, de véracité très variable, concernant un problème d’ordre public et particulièrement d’actualité ; qui entrave sa résolution en empêchant la population générale de trouver des informations fiables et d’agir en conséquence (office québécois de la langue française, 2020).

Information : du latin informare, façonner, former, l’information est l’action d’informer, de s’informer, de donner la connaissance d’un fait ou de la rechercher (exemple : presse d’information) ; une information est une nouvelle, un renseignement, une documentation sur quelque chose ou sur quelqu’un, portés à la connaissance de quelqu’un (exemple : bulletin d’informations) ; c’est aussi une actualité, les nouvelles diffusées par les médias : presse radio, télévision, internet. Enfin, en informatique et en télécommunication, l’information est un élément de connaissance (voix, donnée, image) susceptible d’être conservé, traité ou transmis à l’aide d’un support et d’un mode de de codification normalisé[13].

Infox : mot-valise crée à partir d’information (info) et d’intoxication (intox). Avec la locution information fallacieuse, il a été proposé en octobre 2018 par la Commission d’enrichissement de la langue française pour devenir l’équivalent de l’anglais fake news dans la langue française. Le terme infox (fake news) est un néologisme désignant une information mensongère conçue de manière délibérée pour induire en erreur et être diffusée dans les médias de masse afin de toucher un large public. Synonymes : désinformation, hoax, mensonge, rumeur, canular, bobard, escobarderie. La propagation des infox est facilitée par la rapidité de diffusion et l’effet d’amplification d’internet ( réseaux sociaux, blogs, messagerie, etc.) ceux qui sont à l’origine de ces tentatives de désinformation cherchent à en tirer un avantage qui peut être  d’ordre politique, financier, idéologique, stratégique s’il s’agit d’un Etat, etc.[14]

Insulte : mot ou expression, dont la finalité est de porter un jugement négatif et désobligeant envers une personne ou un groupe d’individus, en dénigrant leur physique, leur intelligence, leur vie privée ou leur entourage[15].

Intox : utilisé dans le langage familier, le terme intox (écrit parfois intox) désigne le fait, au sens figuré d’intoxiquer, de tromper les esprits. Son usage s’est développé grâce à la rubrique « info ? intox ? » de l’émission « Double jeu » diffusée sur France 2 au début des années 1990. Une intox est une action délibérée ou insidieuse qui consiste à propager une information fausse, tendancieuse, mensongère ou non vérifiée en la faisant passer pour vraie. Elle souvent utilisée comme le contraire d’info, apocope du mot information[16].

Malinformation : information vraie mais qui est détournée de son contexte. Elle est partagée dans l’intention de nuire et d’endommager la réputation des personnes visées.[17]

Manipulation mentale : désigne une tentative de prise de contrôle de l’esprit et du comportement d’un individu ou d’un groupe d’individus par l’utilisation de techniques de persuasion et de suggestion mentale qui permettent de contourner le sens critique de la personne, c’est-à-dire sa capacité à juger ou à refuser des informations. La manipulation mentale se différencie de la domination par le fait qu’elle essaie d’obtenir de la ou des victimes qu’elles se comportent d’elles-mêmes, comme l’ont prévu les manipulateurs et sans qu’elles soient consciente de la suggestion exterieure[18].

Mésinformation : une information vraie, sortie de son contexte. L’auteur qui partage n’est pas conscient de sa nature trompeuse et n’a pas l’intention de nuire[19].

Pandémie : du grec pan qui signifie « tout » et démos qui signifie peuple, c’est une épidémie étendue à toute la population d’un continent, voire au monde entier[20].

Politique publique : Phénomène social et politique spécifique empiriquement fondé et analytiquement construit basée sur les expériences.[21] Elle renvoi à l’action d’une autorité ou d’une institution détenant les pleins pouvoirs qui sont légitimés par le gouvernement dans l’optique de réguler un secteur spécifique. C’est l’ensemble des décisions cohérentes et ciblées prises à des niveaux juridiques différents et d’action qui fixe les objectifs que les acteurs se charge d’appliquer dans l’optique de résoudre un problème social[22].

Post-vérité :traduction de l’anglais post-Truth, terme apparu dans l’ouvrage  de Ralph Keyes, The Post-Truth Era paru en 2004, composé de l’adverbe latin post, après ensuite, depuis, et vérité , du latin Veritas, la verité,le vrai, l’existence effective[23]. Le terme post-vérité décrit une situation dans laquelle il est donné plus d’importance aux émotions et aux opinions qu’à la réalité des faits.  Il s’appuie sur l’idée selon laquelle il est plus facile de manipuler et d’infléchir l’opinion publique en jouant sur les émotions et la démagogie que de s’appuyer sur des faits avérés. Il est souvent utilisé pour caractériser certains discours électoralistes faisant appel à l’émotion, en ignorant les faits, mais surtout pour montrer l’influence des réseaux sociaux et d’internet sur le choix des électeurs. Les médias traditionnels ne sont pas la seule source d’informations. Accusés d’être la voix des élites et de cacher la vérité, ils ont perdu la confiance des internautes qui préfèrent se tourner vers les « informations » dont les réseaux sociaux les submergent et qui sont considérés comme plus crédibles car relayées par une personne de notre entourage, réel ou numérique. Contradictoires, sorties de leur contexte ou parfois mensongères, ces informations ne sont pas analysées par manque de temps, de moyen ou de volonté de le faire, faisant passer au second plan l’exigence de vérité dans le débat public au profit des émotions et des croyances.

Préjudice : du latin praejudicium, lui-même dérivé de praejudicare signifiant préjuger, c’est un tort, atteinte des intérêts, dommage causé à quelqu’un[24].

Propagande : est l’action de diffuser, de propager, de faire connaitre, de faire admettre une doctrine, une idée, une idéologie, une théorie politique. Son but est d’influencer l’opinion publique, de modifier sa perception d’évènements, de personnes, de produits, de convertir, de mobiliser ou de rallier des partisans. La propagande prend la forme de diffusion d’informations toujours partiales et déformer à grande échelle, parfois insidieuses[25].

Racisme : Théorie selon laquelle certaines races seraient supérieures aux autres[26].

Vaccin : Constitue une thérapie consistant à stimuler le système immunitaire de manière à obtenir une réponse spécifique de l’organisme contre un antigène, qu’il soit viral, bactérien, cellulaire ou même moléculaire. Les vaccins sont obtenus à partir de souches inoffensives de virus ou de bactéries, d’antigènes purifiés ou d’analogues antigéniques. On les utilise couramment pour éviter qu’un individu ne développe une maladie, mais ils peuvent aussi être utilisés une fois la pathologie déclarée, afin d’orienter une réponse immunitaire contre un envahisseur. Le mot vaccin provient du fait que le premier traitement de ce type utilisait le virus de vaccine (Vacca= vache en latin) pour immuniser les sujets contre la variole[27].

Xénophobie : Hostilité à l’égard d’un groupe de personnes ou d’individu considéré comme étranger à son propre groupe

[1] La Toupie (2020) consulté sur www.toupie.org

[2] Dictionnaire français (2021) consulté sur www.internaute.fr

[3] Lerobert.com (1951)

[4] Henri Piéron, Vocabulaire de la psychologie (1951)

[5] Julie Kern (2020) consulté sur www.futura-sciences.com 

[6]  World Health Organization (2021) Consulté sur www.who.int

[7] La Toupie (2020) consulté sur www.laoupie.org

[8] Posetti.J, Bontcheva, K. (2019). Désinfodemie : déchiffrer la désinformation sur le COVID-19

[9] La Toupie (2020) consulté sur www.latoupie.org

[10] Conseil de l’Europe (2020) consulté sur www.coe.int  

[11] Le Robert

[12] La Toupie (2020) consulté sur www.latoupie.org

[13] La Toupie (2020) consulté sur www.latoupie.org

[14] La Toupie (2020) consulté sur www.latoupie.org

[15] Linternaute (2020) consulté sur www.linternaute.fr

[16] La Toupie (2020) consultée sur www.latoupie.org

[17] Derakhshan, H. (2019). Une taxonomie de la guerre de l’information.

[18] La Toupie (2020) consulté sur www.toumpie.org

[19] Derakhshan, H. (2019). Une taxonomie de la guerre de l’information

[20] Larousse (2020) consulté sur www.larousse.fr

[21] Dictionnaire des politiques, Laury Boussaguet, Sophy Jacky, Pauline ravinet, ed les presses nationales des sciences politiques de Paris (2004)

[22] Politique des transports « un état des lieux de la recherche » Vicent Kaufmann, Julie Barbey

[23] La Toupie (2020) www.latoupie.org

[24] Linternaute (2021) consulté www.internaute.fr

[25] La Toupie (2020) www.latoupie.org

[26] Internaute.fr (2020)www.internaute.org

[27] Futura-sciences : définition vaccin (2021) consulté sur www.futura-sciences.com

Share on facebook
Facebook
Share on google
Google+
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on pinterest
Pinterest
Search
Generic filters

Catégories

Facebook

Twitter

Load More...
Abonnez-vous à nos pages
Retour haut de page