Le phénomène de désinfodémie liée aux vaccins covid-19 : Cas de la France et du Cameroun

Un constat se dégage actuellement au regard des spéculations et information liée aux vaccins COVID 19 dans les médias audio visuels et réseaux sociaux ; celui de la désinformation. On peut lire çà et là : « risque de modification de notre ADN », « Thérapie génétique cachée »…etc. Les fausses informations autour des nouveaux vaccins se rependent avec une fréquence exponentielle.

Questionnement autour de ces nouveaux vaccins : cas de la France

En témoignent les derniers sondages, qui montrent désormais que plus de la moitié des Français ne veulent pas se faire vacciner. D’après un sondage Odoxa- Backbone consulting réalisé pour France info et le Figaro, publié dimanche 3 janvier 2021, 58% des Français ne veulent pas se faire vacciner. Plus encore, les doutes du professeur ERIC CAUSMES, à propos des formules utilisant du matériel génétique, exprimés mardi 5 janvier 2021 sur France inter. Si la question des éventuels effets secondaires des différents vaccins peut par exemple susciter des interrogations tout à fait légitimes, il n’en demeure pas moins vrai qu’un certain nombre de fausses informations circulent et tendent à amplifier les inquiétudes. C’est la raison pour laquelle ces affirmations sont réductrices, ou tout simplement fausses.

Ce qui se dit en France

« Six personnes sont mortes du vaccin Pfizer », Comme le montre le tweet de cette internaute Français Dominique, beaucoup de Français sont inquiets de risquer leur vie en se faisant vacciner. « Je t’aurai prévenu », peut-on lire dans cet échange sur WhatsApp. L’auteur du message partage un article d’un site grec qui évoque le décès de deux volontaires après leur vaccination avec le sérum Pfizer.

« Les vaccins à ARN  Messager vont modifier notre ADN » comme l’affirme un internaute sur Facebook. Puisque l’ARN messager touche (plutôt de loin) à notre patrimoine génétique d’après certains médecins, de nombreuses craintes sont formulées sur les réseaux quant à l’intégrité de notre ADN. Un vaccin à ARN, ou vaccin à ARNm, est un type de vaccin activant le système immunitaire adaptatif au moyen ARN messagers dont la séquence nucléotidique code une protéine identique ou semblable à un antigène d’agent pathogène ou à un antigène tumoral. Le contesté professeur Christian Perrone a également relayé cette idée dans des émissions sur le monde, en disant que « des gens disent que ça peut modifier définitivement nos chromosomes, nos gènes et éventuellement transmettre ces anomalies à nos enfants », des propos qui ont d’avantage contribué à alimenter les suspicions au sein de l’opinion public Français.

 

Ce qui se dit au Cameroun

« Nous Camerounais nous préférons notre pharmacopée traditionnelle à ces affaires de vaccin douteux que veulent nous imposer les européens pour des raisons économiques et néo impérialistes…», propos recueillis sur la page Facebook d’un médecin Camerounais. La découverte rapide des vaccins contre la covid-19, est très débattue au Cameroun, entre spécialistes et profanes, entre médecine moderne et médecine traditionnelle, il y va de toutes les interprétations et de fausses informations qui en découlent.

Face à ces constats, que faire ?

Selon plusieurs opinions provenant de ces deux pays respectifs, il faudrait une communication organisée et précise par le truchement de l’instance suprême qu’est  l’Organisation mondiale de la Santé par apport à la prolifération de ces vaccins. Au risque de voir ce phénomène de désinfodémie déclencher d’autres problèmes et faire obstacles aux efforts fournis par ces pays pour mettre un terme aux ravages de ce virus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Abonnez-vous à nos pages
Retour haut de page